| Forums | Répondre | Recherche |
Discussion www.cimetierepourchat.com Forum / Discussion /

POEMES OU BEAU TEXTES

Page  Page 1 sur 5:  1  2  3  4  5  Suivant »  
Auteur SANDYJOJO
Membre
#1 | Posté le: 19 Jan 2011 21:07 
J'ai pensé que l'on pourrait ouvrir un nouveau post pour des textes ou poèmes qui nous ont émus.

Voici un très beau poème que l'Ecole du Chat m'a transmis qui a fait pleurer mon coeur mais je ne sais pas quel est l'auteur :

LA PRIERE DU CHAT SANS MAITRE

O passant au coeur tendre,
Regarde comme je suis maigre, comme j'ai faim
Vois ce temps pluvieux qui rend ma vie errante si désespérante.
Vois ma détresse
Ne m'approche pas trop, j'ai si peur de l'homme,
Et pourtant si tu savais comme mon estomac crie et comme mon coeur appelle
Il y a en moi des trésors de tendresse.
Ceux qui ont bien voulu se pencher sur ma pauvre vie le savent :
Le chat sans maître est extraordinaire !
Donne-moi un foyer, des maitres affectueux,
La douceur de vivre et tu seras émerveillé.
Ma reconnaissance sera éternelle,
Ma fidélité sans faille,
Mon intelligence remarquable et
Ma tendresse inépuisable.
Alors partout tu demanderas qu'il n'y ait plus de chat sans maitre.

Auteur jeamdead
Membre
#2 | Posté le: 20 Jan 2011 17:18 
Bonjour,

c'est magnifique...

voila un poème de ma composition quelques jours après la mort de mon chat.

Mon ami est parti et mon cœur se morcelle
Maudite sois-tu Mort, toi qui prends à tout va
Les âmes et les vies immolées sur l'autel
Des viles vanités dont tu es le légat !

Que serais-je sans toi qui fit mon élégie,
Toi, mon chat discret qui me manque déjà,
Toi qui miaulais, sans fin, les splendeurs de la vie
Contemplant l'Univers avec tes yeux de chat

La matinée se lève en cherchant à tâtons
Ce chat qui rêvait de refaire le monde.
Tous ses miaulements que j'aimais jusqu'à la déraison
Il ne les dira plus et ma peine est profonde

Un ami est parti... Là-haut au paradis
A son dernier soupir, un ange s'est posé
En murmurant, ému : Ton ami est parti
Le voici endormi sous la terre allongé...

Auteur Ammonet
Membre
#3 | Posté le: 20 Jan 2011 19:11 
Jeamdead :
Bravo pour le poème, il est beau et évocateur. Tu as dû beaucoup aimer ton chat, et ça se voit dans ces vers.
J'aime particulièrement

La matinée se lève en cherchant à tâtons
Ce chat qui rêvait de refaire le monde.

C'est tellement vrai qu'on croit voir la matinée, qui est ici assimilée à une personne grâce à la licence poétique, chercher le chat sous nos yeux. Je sais que je ne suis pas une critique littéraire très douée, mais le poème m'a émue et parlé, et n'est-ce pas ce qu'un poème est censé faire?
Encore merci de l'avoir partagé avec nous.
Nicole

Auteur Ammonet
Membre
#4 | Posté le: 20 Jan 2011 19:22 
alors il y a, bien entendu, et ce n'est pas de moi mais d'une personne anonyme dont le poème fait partie des choses les plus lues au monde (un célèbre ténor japonais dont le nom m'échappe l'a chanté aussi, et c'est très beau)

Correction : wikepedia dit
Do not stand at my grave and weep (Ne pleure pas devant ma tombe) est un poème écrit en 1932 par Mary Elizabeth Frye (1905-2004). Sa version japonaise, chantée par le ténor Masafumi Akikawa, particulièrement émouvante.

Do not stand by my grave and weep
: : I am not there, I do not slleep
: I am a thousand winds that blow,
: I am the diamond glints on the snow.
: I am the sunlight on ripened grain,
: I am the gentle autumn's rain.
: When you awaken in the morning's hush,
: I am the swift uplifting rush
: Of quiet birds in circled flight.
: I am the stars that shine at night.
: Do not stand at my grave and cry,
: I am not there, I did not die..

C'est bien "by" my grave et pas "at". Et une version légèrement modifiée circule aussi, que je préfère. Le dernier vers est
I am not there... I do not die.

Plus mystique, plus mystérieux, et qui fait écho au "I do not sleep" du deuxième vers.
Magnifique aussi !

Auteur jeamdead
Membre
#5 | Posté le: 21 Jan 2011 17:21 
Bonsoir,

Merci beaucoup

Un autre poème sur mon chat Fripouille

Il a laissé au coeur de mon âme torturée
La profonde marque de son infinie tendresse
Comme un poignard dont la lame acerée
Encore me torture et, toujours, me blesse

Il a laissé tout au fond de mon cœur
Tant de son amour qui faisait mon bonheur
Qu'envers ce destin je veux croire encore
Que ce doux sentiment n'est pas mort

Il a laissé, au creux de ma mémoire,
Les quelques bribes d'une magnifique histoire
Tant d'amers regrets et d'affreux remords
Pourtant, contre le sort, j'ose y croire encore

J'ai le cœur avili au bord des lèvres closes,
Vois mon âme qui crie au fond de mes yeux,
Ce corps meurtri, de larmes, crève morose
Sans lui, dans ma vie, je suis malheureux

Il a laissé, au fond de mes yeux,
Des images d'une vie merveilleuse
Subtil cadeau d'adieu d'un rêve.......
Que j'ai eu la chance de caresser...

Auteur Ammonet
Membre
#6 | Posté le: 21 Jan 2011 18:41 
Encore un très beau poème ! J'aime beaucoup "Les quelques bribes d'une magnifique histoire"

Auteur Ammonet
Membre
#7 | Posté le: 21 Jan 2011 20:14 
J'imagine que tout le monde le connaît, mais...

Baudelaire : Les Chats

Les amoureux fervents et les savants austères
Aiment également, dans leur mûre saison,
Les chats puissants et doux, orgueil de la maison,
Qui comme eux sont frileux et comme eux sédentaires.

Amis de la science et de la volupté,
Ils cherchent le silence et l'horreur des ténèbres ;
L'Erèbe les eût pris pour ses coursiers funèbres,
S'ils pouvaient au servage incliner leur fierté.

Ils prennent en songeant les nobles attitudes
Des grands sphinx allongés au fond des solitudes,
Qui semblent s'endormir dans un rêve sans fin ;

Leurs reins féconds sont pleins d'étincelles magiques
Et des parcelles d'or, ainsi qu'un sable fin,
Etoilent vaguement leurs prunelles mystiques.

Auteur jeamdead
Membre
#8 | Posté le: 22 Jan 2011 08:53 
Bonjour,

Jolie poème de Baudelaire j'aime bien...

Auteur jeamdead
Membre
#9 | Posté le: 22 Jan 2011 08:56 | Edité par :jeamdead 
Voila un autre écrit dans mes jours de tristesse,surtout quand ma Fripouille me manque terriblement.


Jour de tristesse

On dit que, loin des yeux, l'esprit s'éloigne des soucis du cœur
Que lorsqu'on est malheureux faut partir pour retrouver le bonheur.
Quel intérêt de mettre de la distance quand c'est la mémoire qui m'assassine
Que je sois sur les bords de la Durance ou quelque part en Indochine
Partout où je conduis mon errance j'emporte Ton nom dans mes souvenirs
Partout l'écho de notre tendresse assombrit les jours de mon avenir.
Je suis parti dans le froid, qu'elle importance quand mon coeur est mort
Partout où Tu n'y es pas, ce sera toujours le grand Nord
Sur les berges de la Volga j'entends encore couler la Seine
La bise qui gèle la toundra est plus chaude que mon cœur en peine
Les loups solitaires de la taïga dans leurs lugubres accords
Chantent mieux qu'une balalaïka la marche funèbre des remords
Qui m'ont suivi jusqu'ici, dans ces grands espaces désertiques
Ainsi j'entends, dans leurs cris, la douceur de Tes miaulements romantiques.
Que quelques mots, comme un murmure qu'on entend sur la lande
Quand le vent se fait froidure et que Ton nom devient ma légende
Que je continue l'aventure ou que je me couche sur la dune
Ne restent que mon coeur pour raconter mon infortune
Cela m'a bien soûlé, mieux que cette carafe de whisky
Que je vide au café dans l'espoir d'y noyer mes ennuis
Mais depuis le temps ils ont appris à contourner la recette
Me reste qu'à supprimer la loge au ciel en faisant le "reset"
Pour tout recommencer essayer de reprogrammer ma vie
Aller jusqu'au bout de l'horizon pour assouvir mes envies
Même si, je le sais, là, enfoui tout au fond de mon être,
Que même au bout du monde je vivrai avec mes "peut-être"
Alors je voudrais savoir pourquoi au creux de ce corps j'ai si mal
Alors je voudrais savoir pourquoi mon coeur fait autant de vacarme
Pourquoi l'esprit me donne tort et pourquoi je verse autant de larmes
Tel ce blizzard qui souffle imperturbable, la résonnance d'un don lointain
Creusant le vide d'une existence perdant tout son éclat dans le matin blême,
Et dans le froid de Ton absence mon coeur devient pire qu'un bloc de glace
Comment mon ame pourrait encore, dans ce décor stérile y trouver sa place
Rien qu'une espérance qui traîne son assurance dans le caniveau
Que le vertige final d'une pulsion effectuant l'ultime soubresaut
Dans ce silence de mort, tout au fond de la nuit, même en écoutant bien
J'espère de tout cœur un petit miaulement d'espoir mais toujours rien ne vient...

Auteur Ammonet
Membre
#10 | Posté le: 22 Jan 2011 14:06 
Encore un très beau poème !
La dernière ligne m'a rappelé un fil que nous avons ouvert il y a quelques temps, je l'ai fait remonter pour que tu puisses le lire, si ce n'est déjà fait. Nous y parlons des signes, et plusieurs d'entre nous en ont eus, alors ça t'arrivera peut-être aussi. Ta Fripouille viendra te parler, un de ces jours, en rêve ou autrement.
Ma Toupi et ma Tigrou ont déjà visité mon sommeil...
Amitiés
Nicole

Auteur AMARIE
Membre
#11 | Posté le: 23 Jan 2011 16:39 
Désolée chère Amonnnet j'ai toujours été nulle en anglais mais ce serait sympa de le traduire.
Je connais un texte qui m'a été donné sur la page de mon chien ... est-ce le même ???

"Toi qui est là, ne pleure pas devant ma tombe ... je n'y suis pas et je ne dors pas ...
Je souffle dans le ciel tel un millier de vents, je suis l'éclat du diamant sur la neige, je ne dors pas ...
je suis le soleil sur les blés dorés, je suis la pluie, la douce pluie d'automne ...
Toi qui est là, ne pleure pas devant ma tombe, je n'y suis pas car à jamais je suis dans le fond de ton coeur ..."

je trouve ces lignes très belles et l'idée de trouver de beaux poèmes sur les chats excellente.

Auteur AMARIE
Membre
#12 | Posté le: 23 Jan 2011 16:56 
Je voulais proposer ces 2 là que j'aime particulièrement.

BOITE A MERVEILLES.

"S'il met sa patte à l'oreille,
cette patte est boite à pluie.
S'il ouvre un oeil dans la nuit,
Cet oeil est boite à soleil.

Je l'agace, il se rebiffe,
Son pied se fait boite à griffes.
Je l'endors, il est heureux,
Il ronronne, boite à feu.

Boite à jeux, boite à sommeil,
Mon chat est boite à merveilles !

ROBERT VIGNEAU (Bestiaire à Marie)

********
LE CHAT ET LE SOLEIL

Le chat ouvrit les yeux,
Le soleil y entra.
Le chat ferma les yeux,
Le soleil y resta.

Voilà pourquoi le soir,
Quand le chat se réveille,
J'aperçois dans le noir
Deux morceaux de soleil.

MAURICE CAREME (L'Arlequin)

Auteur Ammonet
Membre
#13 | Posté le: 23 Jan 2011 23:32 
Amarie: oui il s'agit du même poème, avec quelques variantes, mais il y en a plusieurs, tant en anglais qu'en français.

Je ne connaissais pas le poème de Vigneau, il est très beau, et quand à celui de Maurice Carême je le connaissais et je l'adore positivemen.

Je dois retourner au travail!
Je pense bien à vous toutes et tous

Auteur SANDYJOJO
Membre
#14 | Posté le: 25 Jan 2011 20:37 
Un beau poème de Raoul Gineste que j'adore !

LES VIEUX CHATS

Comme ils sont tristes les matous
De n'être plus sur les genoux
Qui leur faisait un nid si doux !

Qu'ils regrettent les longues veilles
Où les doigts secs des bonnes vieilles
Taquinaient leurs frêles oreilles !

Lorsque assises au coin du feu
En rêvant au bel houzard bleu
Qui reçut le premier aveu.

Les tricoteuses des mitaines
Evoquaient les amours lointaines,
Le temps heureux des prétentaines.

Alors les minets adorés
Arquant leur dos gras et fourrés,
Prenaient des airs énamourés.

Ils avaient des façons béates
De se lustrer du bout des pattes
En rêvant aux mignonnes chattes.

Ou, comme des sphinx accroupis
Ils ronronnaient sur les tapis
Laissant aux rats de longs répits.

Fi des rats malins ! Les maitresses
Leur faisaient de longues paresses,
Pleines de lait et de caresses.

Le ragoût qu'on allait manger
Cuisait avec un bruit léger
Fallait-il donc se déranger ?

Mais, ô revers inévitables
Des héritiers peu charitables
Ont proscrit les chats de leurs tables.

Les voilà bohèmes, souvent
Par les nuits de neige et de vent
Ils grelottent sous un auvent.

Ombres étiques et funèbres
Ils profilent, dans les ténèbres
Leur dos échancrés de vertèbres.

Et quand ils voient passer en bas
Des bonnes femmes à cabas
Qui trottent menu d'un air las,

Les bon gout des crèmes sucrées
Où trempaient les croûtes dorées
Revient à leurs lèvres sevrées.

Et les vieux chats d'un air dolent
Hantés par un cruel relent
Font le gros dos en miaulant.



Bsx

Auteur jeamdead
Membre
#15 | Posté le: 26 Jan 2011 16:54 
Bonsoir,

Je rêve d'une grande maison
Pleine de chats sur les dalles de pierre
Sans aucune autre raison
Que leur existence si fière

De ces pièces immenses
Ornées par les robes de soie
De ces fauves qui dansent
Et nous dictent leur loi

Je rêve de ces feux de bois
De ces chats près de l'âtre allongés
Troublant par les sons de leur joie
La chaleur et la paix

De ce parc silencieux
Hanté par la féline grâce
De ces dieux orgueilleux
Amoureux de la chasse

Je rêve de ces nuits sans voile
Et du mystère de leurs yeux
Accrochés aux étoiles
Par la lumière de cieux

Page  Page 1 sur 5:  1  2  3  4  5  Suivant » 
Discussion www.cimetierepourchat.com Forum / Discussion / POEMES OU BEAU TEXTES Top
Votre réponse 
 

Utilisateur : Mot de passe :  
Accès limité aux utilisateurs enregistrés.
 
 
| Forums | Répondre | Recherche |
 www.cimetierepourchat.com Forum Réalisé avec Chat Forum Software miniBB ®