Mail Privé
Carnet d'adresses
Signalez un abus
Envoyez cette page
recherchez toutes les informations sur Petit Roux
sur le site cimetierepourchat.com  
sur le web  
  La page de Petit Roux a été vue 5 335 fois.

En hommage à
Petit Roux

EUROPEEN
Il est né le :--/08/2015
Il nous a quittés le :11/01/2016
 



En hommage à Petit Roux

Mon petit Roux tu es parti aujourd'hui テ 17h45 j'ai regardテゥ l'heure tu テゥtais un petit bout de chat mais battant nous avons テゥtテゥ le 29 dテゥcembre avec toi chez le vテゥtテゥrinaire tu n'a pas rテゥcupテゥrテゥ et ton テゥtat s'est dテゥgradテゥ rapidement aujourd'hui prise de sang il t'a dテゥcelテゥ une leucose j'ai du prendre une trティs dure dテゥcision de t'endormir mais tu テゥtais si faible tu ne mangais plus je t'adore mon chat mon petit roux et merci テ ma tata de m'aider dans ces moments si difficiles elle me comprendra merci テ elle. Vole mon coeur va rejoindre tous tes amis chats je t'aime ta maman.






398 Fleurs

  • Déposé par GHETGHETDéposé par GHETGHET
    JENNY de VRIES Pour certaines âmes aveugles,tous les chats sont semblables. Pour un amoureux des chats,chaque chat depuis le début des temps sont totalement et incroyablement unique Soit
  • Déposé par GHETGHETDéposé par GHETGHET
    Auteurs Anonymes Quand j’avais besoins d’une mains , j’ai trouvés ta pattes Soit en PAIX et AMOURS a l'infini
  • Déposé par GHETGHETDéposé par GHETGHET
    CHARLES AZNAVOUR Toi et moi, deux cナ砥rs qui se confondent, au seuil de l'infini loin du reste du mondes Soit en PAIX et AMOURS a l'infini
  • Déposé par pacificelectricDéposé par pacificelectric
  • Déposé par GHETGHETDéposé par GHETGHET
    Soit en PAIX et AMOURS a l'infini
  • Déposé par pacificelectricDéposé par pacificelectric
  • Déposé par GHETGHETDéposé par GHETGHET
    JOSEPH ROUX Tout un ciel est dans une goutte de rosテゥe, toute une テ「me est dans une larme Soit en PAIX et AMOURS a l'infini , Merci pour mon GHETGHET que j'AIME
  • Déposé par GHETGHETDéposé par GHETGHET
    JOSEPH ROUX , Qu'Est-ce que l'Amour ? deux テ「mes et une chair ; l'Amitiテゥs ? deux corps et une テ「mes Soit en PAIX et AMOURS a l'infini
  • Déposé par NOIXDECOCODéposé par NOIXDECOCO
  • Déposé par brigitteDéposé par brigitte
    une douce pensee pour toi bel ange
  • Déposé par susiDéposé par susi
  • Déposé par TitlaineDéposé par Titlaine
  • Déposé par superfetatoireDéposé par superfetatoire
  • Déposé par Lcj65Déposé par Lcj65
  • Déposé par joelleDéposé par joelle
  • Déposé par joss19Déposé par joss19
    affectueuses pensテゥes avec tendresse
  • Déposé par DarkieDéposé par Darkie
    Pour Petit Roux, joli petit ange 🌹
  • Déposé par lepapouDéposé par lepapou
    Tendres pensテゥes en ce triste jour
  • Déposé par MISTRALDéposé par MISTRAL
    famille MISTRAL, RAMSES II, DOUGLAS et GOLDEN MILADY
  • Déposé par pacificelectricDéposé par pacificelectric
    de la part de Mテゥlusine et Mテゥlisande



16 messages



Déposé par annie le 11/01/2019  

💛💛💛💛💛💛💛💛💛💛💛💛💛💛💛💛💛💛💛💛


Déposé par GHETGHET le 22/10/2017  

JOACHIM du BELLAY
petits museau , petites dents , yeux qui n'テゥtaient point trop ardents
Mais desquels la prunelles perses imitテゥs la couleurs diverses qu'on voit en cet arc pluvieux qui se courbes au travers des cieux


Déposé par GHETGHET le 14/09/2017  

Que Savent les Hommes ?
Nous sommes leurs petites bテェtes
Leurs domestiques Animaux
Ils nous font la fテェtes
Nous frottent souvent le dos
Ils cherchent nos caresses
Nos tendres ronronnements
Mais notre nobles sagesses
Pour eux ce n'est rien, c'est du vents
Que savent les Hommes
Des petits テェtres que nous sommes ?
Savent-ils que nos cナ砥rs battent comme leurs propres cナ砥rs ?
Et que du bonheurs
C'est de faires leur bonheurs
Ils nous gardes biens au chauds
Dans leurs hermテゥtiques maisons
Nourrissent nos petits corps
A coups de boテョtes de ronrons
Nous sommes dテゥcoratif
Dans leurs impersonnels dテゥcors
Mais leurs mains qui souvent nous caressent
N'apaisent pas notre dテゥtresses
Que savent les Hommes
Des petits テェtres que nous sommes ?
Savent-ils que nos yeux
Ou brillent des ombres noires
Ne sont que les reflets
De leur secret dテゥsespoir ?
Nous leur apportons le calmes
Les allテゥgeons de leurs angoisses
Quand nous restons en silences
C'est pour le bien-テェtre de leurs テMES
Nous les aidons a vivres
A supporters leurs mondes d'Hommes
Et quand ils partent a la dテゥrives
Nous esquissons un pas de danses
Que savent les Hommes
Des petits テェtres que nous sommes ?
Savent-ils que dans nos yeux
L'univers entiers se reflティtes
Et que s'ils nous trouvent テゥtranges
C'est parce que nous sommes des ANGES ?
PHILIPPE MUYL


Déposé par GHETGHET le 01/07/2017  

A mon Maitres
ne me prends pas pour esclaves , car j'ai en moi le gouts de la libertテゥs ,
ne cherche pas a deviner mes secrets , car j'ai en moi le gouts du mystティres ,
ne me contrains pas aux caresses , car j'ai en moi le gouts de la pudeurs ,
ne m'humilies pas , car j'ai en moi le gouts de la fiertテゥs ,
ne m'abandonne pas , car j'ai en moi le gouts de la fidテゥlitテゥs ,
saches m'Aimer et je saurais t'Aimer , car j'ai en moi le gouts de l'Amitiテゥs
anonymes


Déposé par GHETGHET le 02/03/2017  

L'ESSENTIEL RESTERA
Oui, nos mains vont disparaテョtre...
Mais nos poignテゥes de mains, mais nos signes de bonjour, nos gestes d窶兮dieu, nos cテ「lins et nos caresses, l'テゥtreinte de nos bras...
nous n窶兮llons jamais les oublier.
Oui, nos pieds vont disparaテョtre...
Mais la foulテゥe de nos promenades, l窶凖ゥlan de nos courses, le saut de nos jeux, le pas de nos danses et de nos rendez-vous...
nous n窶兮llons jamais les oublier.
Oui, nos visages vont disparaテョtre, et nos oreilles, et nos lティvres et nos yeux...
Mais nos sourires, nos paroles, nos テゥclats de rires, nos テゥcoutes,
nos secrets テゥchangテゥs, notre complicitテゥ,
nos regards, nos baisers...
nous n窶兮llons jamais les enterrer.
Tout ce que nous avons テゥtテゥ l'un pour l'autre, tout ce que nous avons vテゥcu ensemble, tout ces moments partagテゥs resteront テ jamais dans nos Cナ砥rs ,L'essentiel restera a l'infini
Soit en PAIX et AMOURS a l'infini
GABRIEL RINGLET

Déposé par mistigri13 le 11/01/2017  

Ne sois pas triste, je suis toujours テ tes cテエtテゥs. Mon corps est parti, mais mon テ「me est lテ tout prティs de toi.
Je t'envoie la brise de mon テ「me pour que tu continues テ penser テ moi et pour te montrer que oテケ que je sois je continue テ t'aimer.


Déposé par GHETGHET le 25/11/2016  

Oh ! Non, ne crois pas que ma flamme
Se soit テゥteinte avec le temps ,
Sur mes sens tu rテゥgnas longtemps,
Tu vis aujourd'hui dans mon テ「me !
L'attrait qui sテゥduisit mes yeux,
Ma raison aussi le partage ,
Je semblais t'aimer davantage,
Mais テ prテゥsent je t'aime mieux.
Peut-テェtre autrefois ma tendresse
N'avait d'ardeur que le dテゥsir ,
Elle a pu survivre au plaisir
Sans rien perdre de son ivresse ,
C'est un culte saint et pieux
Qui succティde aux feux du jeune テ「ge ,
Je semblais t'aimer davantage,
Mais テ prテゥsent je t'aime mieux
Antoine FONTANEY
Soit en PAIX et AMOURS a l'infini


Déposé par GHETGHET le 24/11/2016  

Te le rappelles-tu ce jardin solitaire,
Oテケ tu reテァus l'aveu de mon timide amour ?
Tout nous favorisait, et l'heure et le mystティre,
Et de l'astre des nuits le tremblant demi-jour.
Un incarnat lテゥger colorait ton visage ,
Je lus mon avenir, mon bonheur, dans tes yeux ,
Et nos cナ砥rs, s'unissant par ce muet langage,
Jurティrent de s'aimer テ la face des cieux.
Mais lorsque, dans l'ardeur de ma brテサlante ivresse,
Pour peindre mes transports cherchant le plus doux nom,
Je te nommais ma vie , alors avec tendresse
M'interrompant : Ta vie ! テ mon amour, non, non,
T'テゥcrias-tu soudain. Appelle-moi ton テ「me ,
J'ai besoin du garant de son テゥternitテゥ :
Ta vie, hテゥlas, la mort en テゥteindra la flamme !
Mais ton テ「me est promise テ l'immortalitテゥ.
Antoine FONTANEY
Soit en PAIX et AMOURS a l'infini


Déposé par biscuit le 19/01/2016  

Pour toi trテゥsor.
Le cナ砥r brisテゥ je suis partie.
A la maison je t窶兮i cherchテゥe.
Au jardin j窶兮i cru apercevoir ton ombre
mais c窶凖ゥtait la mienne.
Le temps qui m窶兮 paru si court avec toi テ mes cテエtテゥs
S窶凖ゥtire, n窶册n finit pas
et pourtant c窶册st dテゥjテ demain
comment ais je survテゥcu テ cette nuit sans toi ?
Je te cherche,
tu es lテ sur le tapis.
Mais non
ce sont mes larmes qui brouillent ma vue.
Des jours,des mois ont passテゥ...
Le vent dans les rideaux
Un bruit comme des pattes sur le parquet,
non le chagrin ne m窶兮 pas rendu folle.
Tu es lテ
tout prテゥs
dans mon cナ砥r
テ l窶兮bri
mon chat, mon ange窶ヲ


Déposé par biscuit le 17/01/2016  


Puisque l'ombre gagne
Puisqu'il n'est pas de montagne
Au-delテ des vents plus haute que les marches de l'oubli
Puisqu'il faut apprendre
A dテゥfaut de le comprendre
A rテェver nos dテゥsirs et vivre des "ainsi-soit-il"
Puisque tu pars
Que les vents te mティnent oテケ d'autres テ「mes plus belles
Sauront t'aimer mieux que nous puisque
L'on ne peut t'aimer plus
Sache qu'ici reste de toi comme une empreinte Indテゥlテゥbile
Sans drame, sans larme
Pauvres et dテゥrisoires armes
Parce qu'il est des douleurs qui ne pleurent qu'テ l'intテゥrieur
Puisque ta maison
Aujourd'hui c'est l'horizon
Dans ton histoire
Garde en mテゥmoire
Notre au revoir
Puisque tu pars


Déposé par biscuit le 16/01/2016  

Pour toi mon chat
Je garderai ton odeur
tout au fond de mon cナ砥r
Je garderai le souvenir de tes fテェtes
tout au fond de ma tテェte
Je garderai ces moments en or
tout au fond d'un trテゥsor
Je garderai ta joie de vivre
tout au fond d'un livre
Je garderai ta gourmandise
tout au fond d'une valise
Je garderai ton collier
tout au fond de mes pensテゥes
Je garderai tout ce qui te plais
tout au fond d'un secret
Je garderai ton amour
tout au fond d'une tour
Je garderai tout ce que tu aimes
tout au fond d'un poティme
Tout テァテ pour dire que je garderai un petit bout de ton regard
tout au fond de ma mテゥmoire.


Déposé par biscuit le 15/01/2016  


Seigneur Dieu,
Ceux qui n'ont jamais eu d'animal de compagnie,
Trouveront テゥtrange cette priティre,
Mais Vous, Seigneur de Toute Vie et Crテゥateur de Toutes les crテゥatures,
Vous comprendrez.
Mon coeur est lourd,
Car je viens de perdre ma(mon) compagne(compagnon) bien-aimテゥ(e),
Celle (celui) qui faisait tellement partie de ma vie.
Cette compagnie a rendu ma vie plus agrテゥable,
Elle m'a permis de rire et de trouver la joie auprティs d'elle.
Et sa prテゥsence me manquera.
Avec elle j'ai appris plusieurs leテァons, telles la valeur du naturel
Et la quテェte d'affection spontanテゥe,
Soucieux de rテゥpondre テ ses besoins quotidiens,
J'ai cessテゥ de penser uniquement テ mes propres besoins
Et j'ai ainsi appris テ テェtre utile aux autres.
Puisse la mort de cette crテゥature qui est la Vテエtre
Me rappeler que la mort attend chacun de nous,
Animaux comme les humains,
Et qu'elle est un passage naturel pour toutes les formes de vie.
Puisse (nom de l'animal) dormir d'un sommeil paisible et テゥternel sous Votre Divine protection
En attendant la plテゥnitude et la libテゥration de toute la crテゥation.


Déposé par elise2512 le 14/01/2016  

CHAT, TU ES MON AMI
Chat, tu es mon ami, mon confident muet,
Tu es la poテゥsie, tu es l窶兮rt d窶凖ェtre aimテゥ.
Tu as l窶卩妬l perテァant au fond duquel scintille,
Le dテゥsir envoテサtant d窶冰ne テゥtoile qui brille.
Cet ナ妬l est une Agathe version multicolore,
Il demande l窶僊mour, l窶兮ttend ou bien l窶冓mplore,
Tout ton corps se prテゥpare, offert テ la caresse,
Aussi tendu de joie qu窶冰ne jeune maテョtresse.
A peine que ma main ne vienne t窶册ffleurer,
Que tu danses dテゥjテ, ne sachant oテケ passer.
Tout ton テェtre me frテエle, テゥlectrique, impatient,
Recherchant le plaisir traduit en ronronnant.
Il suffit que je te touche et le miracle opティre
Tu deviens un enfant, dans les bras du pティre.
Je te prends contre moi, monte sur mon テゥpaule,
Ta douceur me convient, c窶册st parti, je te cajole.
Tes griffes sont rentrテゥes, tes pattes sont douces,
Tu rebondis sur moi, comme balle de mousse.
J窶兮rrテェterais le temps, sublime instant de paix,
Pour te garder, contre mon cナ砥r, toute l窶凖ゥternitテゥ.
(Gilbert Dumas)


Déposé par biscuit le 14/01/2016  

Il y a des souffrances qui pティsent des tonnes
Et pour ne pas que tout espoir nous abandonne
On joue le rテエle de celui pour qui tout va bien
Pourvu que les autres n'en sachent rien
On fait au mieux pour sauver la face
Pour que notre entourage ignore par oテケ l'on passe
On rit on danse on fait les fous comme テ Venise
Mais quoiqu'on fasse mais quoiqu'on dise
Les blessures qui ne se voient pas
Nous font du mal bien plus que toutes les autres
On les enferme au fond de soit
Mais est-ce que toute une vie on les supporte ?
L'orgueil nous aide テ tenir le coup
Apparemment on pourrait mテェme faire des jaloux
C'est テ nous mテェme que l'on se joue la comテゥdie
Pour s'inventer qu'on est guテゥri
Les blessures qui ne se voient pas
Nous font du mal bien plus que toutes les autres
On les enferme au fond de soit
Mais est-ce que toute une vie on les supporte ?
Ces blessures lテ
Qui ne se voient pas
Il y a des souffrances qui pティsent des tonnes
Et que ne pas que tout espoir nous abandonne
Il faut se dire que tテエt ou tard on va guテゥrir
Les blessures qui ne se voient pas
Parfois semblent avoir perdu nos trace
Et quand on ne s'y attend pas
Sans que jamais les autres le sachent
Elles remontent テ la surface
Et nous fusillent une fois encore
Les blessures qui ne se voient pas
Qui nous font du mal bien plus que toutes les autres
Ces blessures lテ
Qui ne se voient pas
on vit avec chaque jours
vous nous manquez nos petits amours,


Déposé par biscuit le 13/01/2016  

Ce n'est qu'un chat....
Je me souviens de cette femme, un soir, qui pleurait... C'テゥtait chez des amis. On se donnait des nouvelles des enfants. Elle avait dit simplement : "Mon petit chat est mort". Et elle s'テゥtait mise テ pleurer... Et, dans un coin du salon, un monsieur avait dit テ un autre en haussant les テゥpaules: "Ce n'est qu'un chat, quand mテェme !..."
Ce n'est qu'un chat !... Mais c'est immense un chat, vous ne savez pas Monsieur ? C'est immense... Vous n'en avez pas, テゥvidemment, et vous ignorez que l'on peut avoir, lorsqu'il s'en va テ tout jamais, autant de chagrin que s'il s'agissait d'un enfant... Aux gens qui n'en ont pas, テァテ paraテョt sacrilティge... Comment peut-on comparer, n'est-ce pas ?
C'est parce que vous ne savez pas Monsieur.
Vous ne savez pas la place que テァa prend, un chat dans une vie - ces yeux d'or qui vous dテゥdient un regard d'テゥternitテゥ, cette patte douce qui se pose sur votre main, ces mouvements qui sont la beautテゥ et la grテ「ce et dont chacun exprime une sensation , un sentiment, et cette tテェte ronde et dure qui se colle テ votre tempe pour vous dire je t'aime aussi...
Tout cela, Monsieur, vous ne le savez pas et quelque chose vous manque.
Mais je ne sais pas si je dois vous plaindre ou vous envier... Parce que vous ne tremblez pas chaque fois qu'il tousse, ou テゥternue, ou n'a pas faim ; chaque fois qu'il s'est battu et que l'on cherche dans son poil, la trace des morsures et des griffes ; chaque fois qu'il rentre tard et que l'on ne sait pas si, dans la rue, un imbテゥcile, qui roulait trop vite, ne la pas projetテゥ contre un mur, dテゥsarticulテゥ, brisテゥ...
Mais vous ne connaテョtrez jamais non plus, c'est vrai, le bonheur d'un amour gratuit partagテゥ. Parce que les chats, Monsieur, c'est tout le contraire de ce que certains racontent : c'est tendre, c'est bon, c'est fidティle, c'est lucide, c'est intelligent, c'est doux et テァa vous dit des choses... Tant de choses !...
Dors, ma petite Moune, dors... Tu sautais moins bien ces jours-ci... J'ai dit テ ta maman : "Il saute moins bien... Il vieillit, peut テェtre ?... Il a hテゥsitテゥ dix fois avant de bondir sur le rebord de la fenテェtre..."
Je ne veux pas y penser. Il sera bien temps... Ce qui doit arriver un jour, c'est vrai pour tout le monde. Mais テァa ne nous console pas de le savoir...
Alors j'aurais voulu la prendre dans mes bras, cette femme que je connaissais テ peine, et qui pleurait, et j'aurais voulu lui dire :
"Je vous comprends... Pleurez tant que vous voudrez, pleurez sans vous soucier des autres. Eux ne savent pas et moi si..."
Philippe Ragueneau


Déposé par biscuit le 12/01/2016  

Un au revoir ne coテサte rien
Un adieu augmente mon chagrin
Une larme coule sur ma joue
Et une pensテゥe reste pour toujours
Tu me manques pour la vie et テ l窶冓nfini
Tu ne le sais pas
Mais je continuerai テ penser テ toi
Car tu as toujours テゥtテゥ lテ pour moi
C'est vrai que tu n'es plus sur terre
Mais dans mon cナ砥r tu demeures
Je pense テ toi, c'est impossible de t'oublier
Je voudrais revenir en arriティre
Pour t'empテェcher de mourir
Enfin arrテェter toute cette tristesse
Et retrouver le petit monde heureux.
Mais je le sais, c'est impossible
Je voudrais juste te retrouver
Et t'embrasser une derniティre fois
Te serrer contre moi
Pour sentir ton odeur
Et la graver テ jamais dans mon cナ砥r




Laissez un message ou une fleur,
allumez une bougie

Pour poster un message, une fleurs ou allumer une bougie, vous devez être un membre inscrit


Vous n'êtes pas connecté

Votre pseudo        Votre mot de passe       

Poster un message

Déposer une fleur
Joindre un message court avec une fleur :

0 mot | 200 Caracteres


























Poster un message ou bien Déposer une fleur


Retourner en haut