Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
Mail Privé
Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
Carnet d'adresses
La page de Les Chats de mes parents... a été vue  11 784  fois.
11 784 vues
Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
Favoris

Connectez vous pour utilisez Mails privés, carnet d'adresses et favoris
En hommage à
Les Chats de mes parents...

 

0 photo

544 Fleurs

aucune bougie

16 messages

Connectez vous pour poster un message, une fleur ou allumer une bougie
Votre pseudo        Mot de passe       


En hommage à Les Chats de mes parents...

J'avais pensテゥ テ le faire il y a quelques mois, les テゥvテゥnements rテゥcents font que je me dテゥcide テ crテゥer une page collective en souvenir des chats de mes parents, que j'ai tous connus...

Ils n'avaient pas des noms bien originaux mais ils ont tous un peu comptテゥs quand j'テゥtais enfant puis ado puis adulte...

Il y a eu Zizi, un gros pテゥpティre gris et blanc trティs affectueux, il aimait la soupe ! Le cocker de la maison l'adorait: il le lテゥchait tout le temps テ le couvrir de bave et quand ma mティre, le chien et le chat venaient me chercher テ l'arrテェt du bus scolaire, le chat faisait le chemin du retour sur le dos du chien, 500m, authentique. Nous avons dテゥmテゥnagテゥ et il s'est テゥvertuテゥ テ retourner テ l'ancienne maison. La troisiティme fois, une voiture...

Il y a eu Miquette, une tigrテゥe ombrageuse dont je ne me souviens pas trティs bien...

Le Noiraud, un beau chat noir...il est restテゥ cinq ans テ la maison, a fuguテゥ un jour pendant un mois, est revenu dire au revoir en restant quelques heures, il est reparti et nous ne l'avons jamais revu ???

Mismis, un gentil noir et blanc tout mimi, mort empoisonnテゥ...

La Noiraude, une persan noire, et son fils Grisou, blanc et gris, elle trティs craintive et trティs douce, lui trティs joueur, adorait se percher sur un tabouret ou une chaise pour dテゥcocher un coup de patte au chien quand il passait... tous deux empoisonnテゥs...

La Grisette, mon premier trティs gros chagrin pour un chat, une chatte Chartreux trティs jolie et trティs fine. Elle テゥtait trティs proche de moi. Un coup? une voiture? elle a fait une hテゥmorragie interne et un vテゥto est venu テ la maison abrテゥger ses souffrances. Je l'ai enterrテゥe moi-mテェme dans le jardin, prティs d'un arbre...j'avais douze ou treize ans.

Salade, une tricolore que mes parents ont eu pendant 15 ans, morte de "vieillesse"... une de ses petites s'est noyテゥe dans le puits テ la cave, vilain souvenir...

Zoテゥ, elle devait avoir au moins 18 ans quand elle a quittテゥ ce monde. C'テゥtait la chatte de mon pティre. Tous les soirs quand il lisait son journal, elle venait se coucher sur les pages ouvertes, le forテァant ainsi テ interrompre sa lecture et テ lui prodiguer quelques caresses. Je n'テゥtais pas lテ quand elle est morte, ma mティre m'a dit que mon pティre l'avait enterrテゥe lui-mテェme, lui si pudique, il pleurait...






544 Fleurs



16 messages

Déposé par GHETGHET le 01/10/2016  
La vie du chat contient une テゥpoque, concentre une parcelle de notre vie, elle est une sorte de mesure du temps et une mテゥmoire, elle contient une expテゥrience commune, un morceau de notre histoire, une parcelle de notre temps perdu. Quand le chat mourra, ce sera comme la fin d'un temps, la fin d'une pテゥriode. L'extinction d'une partie de nous-mテェmes avec l'extinction du chat.
Karine Miermont

Déposé par GHETGHET le 08/06/2016  
OU ES-TU ?
ツォ Oテケ es-tu, petit ange, oテケ es-tu?
On aurait bien voulu,
テ force d窶兮mour,
t窶册mpテェcher de partir,
mais le monde est trop lourd,
petit ange lテゥger,
Et n窶兮 pas su te retenir.
Oテケ faut-il te chercher, maintenant ?
Sous les gouttes de rosテゥe? Sur les ailes du vent?
Qui saura nous le dire?
ツサ Maman, ツサ
Lテ oテケ je suis, je ne crains rien.
J窶兮i les yeux pleins d窶凖ゥtoiles blondes,
J窶兮i l窶凖「me vaste comme le monde.
Lテ oテケ je suis, la joie est sans mテゥlange.
Ne me cherchez pas, je suis dans chaque chose窶ヲ
sur les ailes d窶冰n ange,
dans la rosテゥe, dans le vent,
dans le cナ砥r d窶冰ne rose,
Dans le cナ砥r de mes parents.
Ne me cherchez pas, je suis partout,
Je suis avec vous, je suis chez moi. ツサ
Albert Gui

Déposé par GHETGHET le 05/06/2016  
A UN CHAT
Non moins furtif que l'aube aventuriティre,
Non moins silencieux que le miroir,
Tu passes et je pense apercevoir
Sous la lune テゥquivoque une panthティre.
Par quelque obscur et souverain dテゥcret
Nous te cherchons. Nous voulons, fauve テゥtrange
Plus lointain qu'un couchant ou que le Gange,
Forcer ta solitude et ton secret.
Ton dos veut bien prolonger ma caresse;
Il est テゥcrit dans ton テゥternitテゥ
Que s'accordent テ ta frileuse paresse
Ma main et son amour inquiテゥtテゥ,
Ton temps テゥchappe テ la mesure humaine.
Clos comme un rテェve est ton domaine.
JOSE LUIS BORGES

Déposé par GHETGHET le 01/06/2016  
a nos テェtres cher qu'on surnomme animal !
vous que on appel animaux ou animal vous テェtes par-dessus tous des テェtres d'amours qui rayonne en vous une merveilleuse lumiティre unique a chaque 'un d'entre vous !
vous qu'on surnomme animal qui a pas de paroles comme celle de l'テェtres humains qui es autre que nous vous savez parlez mieux que nous mais seulement テ ceux qui savent テゥcouter !
vous qu'on surnomme animal qui a une vie bien plus courte malheureusement que la notre vous nous rendez nos vies bien complティtes avec beaucoup d'amours et de bontテゥs !
vous qu'on surnomme animal vous remplissez nos vie avec plein d'amours pure et gratitudes le vide que nous ne savions mテェme pas que nous avions !
vous qu'on surnomme animal vous avez une fidテゥlitテゥs pure et sincティres avec gratitudes vous nous abandonnez que pour mourir, mais vous nous laissez beaucoup d'amours avec vos merveilleux souvenirs en テゥclaircissent le reste de nos chemins !
vous qu'on surnomme animal vous mテゥriter bien plus de respects car la crテゥations de la vie et de la nature vous a crテゥer pas pour la dテゥcorations de notre belle terre nature !
vous qu'on surnomme animal nous vous devons beaucoup de respects en vivent en harmonies avec vous et notre belle natures !
vous qu'on surnomme animal nous vous demandons pardon pour toutes la place et le dテゥsordres que nous faisons dan notre belle terre natures qui es autan la votre !
vous qu'on surnomme animal nous vous demandons de nous apprendre comment vivre en harmonies avec notre belle natures !
vous qu'on surnomme animal sans vous nous sommes dテゥsorienter et inexistant sur notre belle terre natures !
vous qu'on surnomme animal sans vous il n'aurais pas de vie sur notre belle terre natures vous estes tous autant que nous des テェtres avec une テ「me !
vous qu'on surnomme animal vous テェtes pas diffテゥrant de nous dan vos テ「mes vous テェtes des テェtres de notre belle terre natures !
vous qu'on surnomme animal vous テェtes des テェtres qui se surpasse des pensテゥes humaines vous テェtes des テェtres source et soutien de tous テェtres !
vous qu'on surnomme animal nous vous adorons avec respects car vous テェtes des テェtres de vie avec beaucoup d'amours !
vous qu'on surnomme animal nous vous disons merci pour toutes l'amoure que vous rependez sur notre belle terre natures !
vous qu'on surnomme animal je vous es テゥcris avec amours de la part de mon GHETGHET que j'AIME qui es un animal d'テェtres d'amours tous comme vous es qui es parti rejoindre les テェtres d'amours ,les archanges ,les anges , les テェtres de lumiティres le 25 MARS 2016

Déposé par GHETGHET le 29/05/2016  

Hautain, libre, mystテゥrieux, voluptueux, babylonien, impersonnel, il est l'テゥternel compagnon de la supテゥrioritテゥ et de l'art - incarnation de la beautテゥ parfaite et frティre de la poテゥsie - le chat doucereux, grave, savant et patricien."
H.P. Lovecraft

Déposé par KEKER le 17/03/2016  
Quand demain commence sans moi
Quand demain commence sans moi,
Et que je ne suis pas lテ pour le voir,
Le soleil va briller et ouvrir tes yeux
Tout pleins de larmes pour moi.
Je voudrais tant que tu ne pleures pas,
Comme tu l'as fait aujourd'hui,
En te souvenant comment je posais ma tテェte
Dans tes genoux, de faテァon particuliティre...
Je sais combien tu m'aimes,
Autant que je t'aime,
Et chaque fois que tu penses テ moi,
Je sais que tu vas me manquer aussi.
Mais quand demain commence sans moi,
S'il te plaテョt, essaie de comprendre
Qu'un ange est venu et a dit mon nom,
Et m'a caressテゥ la patte.
Il m'a dit que ma place テゥtait prテェte,
Dans le ciel au-dessus,
Et que je devais laisser en arriティre
Tous ceux que j'adore.
Mais, quand j'ai tournテゥ les talons,
Une larme a coulテゥ de mes yeux,
De toute ma vie, je n'avais jamais pensテゥ
Que je devrais mourir .
J'ai eu tellement de choses テ vivre,
Tant de ronrons et de caresses テ faire,
Il me semblait impossible
Que je te quitte...
J'ai repensテゥ テ notre vie ensemble,
Je sais que tu es triste,
Je songe テ tout l'amour que nous avons partagテゥ,
Et テ tout le plaisir que nous avons eu...
Rappelles-toi comment je poussais ta main,
Et te piquais avec mon nez...
La balle volante que je poursuivais joyeusement...
Si je pouvais revivre hier,
Mテェme pour un peu de temps,
Je remuerais la queue et je t'embrasserais,
Juste pour te revoir sourire.
Mais alors j'ai pleinement rテゥalisテゥ
Que cela ne pourrait jamais テェtre,
Que le nテゥant et les souvenirs
Prendront ma place.
Et quand je songe aux friandises et aux jouets,
Il me manque de venir demain,
Mon cナ砥r fテゥlin se remplit de tristesse.
Mais alors j'ai franchi la porte du Ciel,
Alors que je me sentais si bien テ la maison ;
Dieu m'a regardテゥ et m'a souri,
De son magnifique trテエne d'or.
Il m'a dit ツォ Ceci est l'テゥternitテゥ,
Et maintenant, bienvenue parmi nous,
Aujourd'hui, ta vie sur terre est terminテゥe,
Mais ici, elle recommence.
Je ne promets aucun demain,
Mais un aujourd'hui qui durera toujours ;
Car vois-tu, chaque jour est le mテェme jour,
Il n'y a pas la nostalgie du passテゥ.
Maintenant, tu as テゥtテゥ si fidティle,
Si confiant, loyal et sincティre ;
Bien qu'テ certains moments tu as fait des choses
Que tu savais qu'il ne fallait pas faire.
Mais les bons chats sont pardonnテゥs,
Et maintenant, enfin, tu es libre ;
Ainsi, ne t'assoirais-tu pas テ mes cテエtテゥs,
Et attendre ici mテェme avec moi? "
Donc, quand demain va venir sans moi,
Ne crois pas que nous sommes テゥloignテゥs.
Chaque fois que tu penses テ moi,
Je suis juste lテ, dans ton cナ砥r.

Déposé par KEKER le 28/02/2016  
Pour toi, petit cナ砥r devenu un ange...
Une fois la nuit tombテゥe,
Quand le sommeil nous a emportテゥs,
Lorsqu'enfin tout est calme et lテゥger,
Loin du tumulte de la journテゥe,
Nos anges, doucement viennent nous frテエler.
Tout prティs de nous dテゥlicatement, ils vont se poser.
Sur notre front, une lテゥchouille doucement ils vont dテゥposer.
A notre oreille un "je t'aime" ils vont nous murmurer.
De leurs ailes, ils vont nous envelopper,
Et peut-テェtre mテェme...dans un tourbillon de bonheur ils vont nous emporter.
Puis au matin revenu, テ nouveau, ils vont nous quitter.
Non sans nous avoir une derniティre fois lテゥchouillテゥs.
Mais de doux rテェves ils nous auront laissテゥ.
Et le soir mテェme, ils l'ont promis, ils vont repasser.

Déposé par elise2512 le 27/05/2015  
Lorsque deux nobles cナ砥rs se sont vraiment aimテゥs
Leur amour est plus fort que la mort elle-mテェme
Cueillons les souvenirs que nous avons semテゥs
Et l'absence aprティs tout n'est rien lorsque l'on s'aime...
ツォ Guillaume Apollinaire ツサ

Déposé par MC le 24/05/2014  
"Nous prテゥparons notre avenir mais rarement notre voyage pour l'テゥternitテゥ.
Ce qui est tout a fait comprテゥhensible me direz-vous.
Nous y rテゥflテゥchissons bien sテサr mais intテゥrieurement nous pensons,
Que le plus tard sera le mieux et pourtant,
Nous savons qu'un moment donnテゥ cet instant arrivera.
Nous ne pourrons y テゥchapper car celui-ci sera furtif et imprテゥvu.
Pourquoi テゥcrire sur ce sujet et bien...
En peu de temps j'ai eu prティs de moi des personnes proches
Qui sont parties pour ce voyage inテゥdit.
Ceci est loin d'テェtre facile car cette situation comporte de la souffrance.
Leurs yeux se sont fermテゥs ,pour l'テゥternitテゥ et une autre destination.
Elles sont hors de notre portテゥe et,
Ce qui est douloureux c'est de ne pas savoir oテケ elles sont.
Et paradoxalement nous avons des tテゥmoignages qui nous disent,
Qu'elles sont juste de l'autre cテエtテゥ de la route
Alors vous me direz, c'est facile テ dire mais difficile テ imaginer.
Nous savons que notre voyage terrestre est temporaire.
Que nous sommes ici bas pour une raison bien prテゥcise.
Nous sommes lテ pour grandir et テゥvoluer.
Nous ne pouvons imaginer justement que ce voyage s'arrテェtera complティtement sans rien aprティs.
C'est impossible et ceci n'aurait aucun sens.
Je vais vous dire comment je vois ce voyage intemporel.
Je sais que je les retrouverai comme tous ceux que j'ai aimテゥ inconditionnellement.
Pour moi c'est une destination vers l'amour empreinte de douceur et de tendresse infinie.
Evidemment quand une personne proche quitte le plan terrestre.
La souffrance est immense car nous ne la verrons plus.
Son absence physique nous manquera beaucoup.
Et pourtant notre テゥnergie Divine la rejoindra テ travers les rテェves que nous ferons.
La musique que nous テゥcouterons nous la rappellera.
Elle sera lテ d'une autre faテァon.
Ce que les yeux ne voient pas, le coeur peut le ressentir.
Elles nous rejoindrons テ travers notre テ「me.
C'est ainsi que nous commencerons notre voyage.
Tout simplement en imaginant que nos proches sont juste de l'autre cテエtテゥ de la route.
Avant de partir faire ce voyage pour l'テゥternitテゥ.
Faisons de celui-ci, un voyage extraordinaire.
Qu'il soit fait d'amour et des plus beaux sentiments qui existent.
Et le moment venu nous serons prテェts pour ce voyage vers l'テゥternitテゥ.
Mais le plus tard possible...
*************
Caresses テ PARNELLE, テ REGLISSE et テ vos petits Amis Chats qui ont croisテゥ votre chemin... qu'ils puissent reposer en paix.
Tendres pensテゥes.

Déposé par PiouPiou le 01/05/2014  
Le muguet
Cloches naテッves du muguet,
Carillonnez ! car voici Mai !
Sous une averse de lumiティre,
Les arbres chantent au verger,
Et les graines du potager
Sortent en riant de la terre.
Carillonnez ! car voici Mai !
Cloches naテッves du muguet !
Les yeux brillants, l'テ「me lテゥgティre,
Les fillettes s'en vont au bois
Rejoindre les fテゥes qui, dテゥjテ,
Dansent en rond sur la bruyティre.
Carillonnez ! car voici Mai !
Cloches naテッves du muguet !
Maurice CARテ凱E
(1899-1978)

Déposé par tonton le 04/02/2014  
"Le moindre petit chat est un chef d'ナ砥vre."
Lテゥonard de Vinci

Déposé par PiouPiou le 28/01/2014  
A l'ombre de ton sommeil
reposent les vestiges des songes
il paraテョt qu'au-delテ des collines
pointe l'autre horizon
je n'implore du soleil
aucun rai
je porte en moi
la lumiティre de ton テゥveil
l'テゥblouissement de ton regard
rivテゥ vers l'テゥternitテゥ
Poeme d' Alain Mabanckou ( Congo )

Déposé par elise2512 le 03/12/2013  
Un jour le Grand Jardinier me confia
Une plante d'une qualitテゥ trティs rare, et trティs belle;
Je reviendrai la chercher, dit-il en souriant;
Soigne-la bien, en la gardant pour moi.
J'en ai pris soin, et la plante a grandi,
Elle a donnテゥ une fleur aux couleurs rayonnantes,
Belle et fraiche, comme l'aurore au printemps.
Mon テ「me テゥtait radieuse, mon bonheur sans テゥgal.
De toutes mes fleurs, elle テゥtait la plus glorieuse,
Son parfum, son aspect テゥtaient merveilleux;
J'aurais voulu la garder, tant mon coeur s'y テゥtait attachテゥ
Pourtant, je savais qu'Il reviendrait la chercher.
Et voici, Il est venu un jour me demander
La jolie plante qu'Il m'avait prテェtテゥe...
Je tremblais! mais c'est vrai qu'Il m'avait dit
Qu'un jour Il reviendrait pour me la rテゥclamer.
"C'est parfait", dit-il en respirant son parfum
Alors, en Se penchant, Il a parlテゥ doucement:
"Si elle reste dans ce sol, elle va perdre sa splendeur,
Je veux la transplanter dans mon jardin Lテ-haut."
Avec tendresse, il la prit et S'envola
Pour la planter Lテ-haut oテケ les fleurs ne se fテ「nent pas:
Et un jour futur, dans ce Jardin de Gloire,
Je la retrouverai テゥpanouie, et elle sera mienne.

Déposé par AMARIE le 20/11/2013  
Juste de ce cテエtテゥ du ciel est un endroit appelテゥ le "Rainbow Bridge".
Quand un animal meurt et qu'il a テゥtテゥ particuliティrement proche de quelqu'un ici, cet animal va sur le pont en arc-en-ciel.
Il y a des prテゥs et des collines pour tous nos amis spテゥciaux ainsi ils peuvent vivre et jouer ensemble.
Il y a abondance de nourriture, d'eau et de soleil, et nos amis ont chaud et sont bien.
Tous les animaux qui avaient テゥtテゥ malades et vieux sont ramenテゥs テ la santテゥ et テ la vigueur; ceux qui テゥtaient blessテゥs ou estropiテゥs sont rendus entiers et forts encore, juste comme nous nous en souvenons dans nos rテェves des jours et des pテゥriodes passテゥs.
Les animaux sont heureux et contents, exceptテゥ une petite chose; il manque テ chacun quelqu'un trティs spテゥcial pour lui, qu'il a dテサ laisser.
Ils courent et jouent ensemble, mais le jour vient oテケ soudainement l'un d'eux s'arrテェte et regarde au loin. Ses yeux lumineux sont attentifs; son corps est parcouru des tremblements du dテゥsir. Soudain, il commence テ courir, volant au-dessus de l'herbe verte, ses pattes le portant de plus en plus rapidement.
Vous avez テゥtテゥ repティrテゥ, et quand vous et votre ami vous retrouvez finalement, vous vous embrassez dans une union joyeuse, pour ne plus jamais テェtre sテゥparテゥs. Les baisers heureux pleuvent sur votre visage; vos mains caressent encore la tテェte aimテゥe, et vous regardez une fois de plus dans les yeux de confiance de votre animal chテゥri, parti depuis tellement longtemps de votre vie mais jamais absent de votre coeur.
Puis vous traversez le pont en arc-en-ciel ensemble....
(traduction franテァaise de "Legend of Rainbow Bridge"
de William N. Britton

Déposé par PiouPiou le 19/11/2013  
窶弋out juste テ cテエtテゥ du Paradis, il existe un endroit qui s窶兮ppelle le Pont de l窶僊rc en Ciel. Lorsqu窶冰n animal, qui a テゥtテゥ particuliティrement proche d窶冰ne personne dans notre monde, meurt, cet animal se trouve au Pont de l窶兮rc en ciel. Lテ, il y a des prテゥs et des collines pour tous nos animaux spテゥciaux, afin qu窶冓ls puissent jouer et courir ensemble.
Il y a amplement de nourriture, d窶册au et de soleil pour que tous nos amis aient bien chaud et soient confortables.
Tous ceux qui テゥtaient malades et vieux retrouvent leur santテゥ et leur vigueur, ceux qui テゥtaient blessテゥs ou estropiテゥs, sont de nouveau forts et agiles, tout comme on se souvient d窶册ux dans nos rテェves des jours passテゥs.
Les animaux sont contents et heureux, sauf pour un dテゥtail : ils s窶册nnuient d窶冰ne personne trティs spテゥciale qui est demeurテゥe derriティre.
Ils courent et jouent ensemble, mais vient un jour, l窶冰n deux s窶兮rrテェte soudainement et regarde vers l窶冑orizon. Ses yeux sont brillants et ardents ; son corps impatient commence テ frテゥmir. Soudainement, il se dテゥtache du groupe, courant テ toute vitesse au dessus l窶冑erbe verte, de plus en plus vite.
Tu as テゥtテゥ repテゥrテゥ, et au moment oテケ tu es finalement rテゥuni avec ton ami si spテゥcial, vous vous tenez en une union joyeuse, pour ne plus テェtre sテゥparテゥs l窶冰n de l窶兮utre. Les baisers heureux abondent sur ton visage, tes mains caressent cette tテェte tellement aimテゥe, et tu regardes une fois de plus dans ces yeux pleins de confiance, ces yeux depuis si longtemps disparus de ta vie, mais qui n窶冩nt jamais quittテゥ ton cナ砥r et ensemble vous traversez le PONT DE L窶僊RC EN CIEL 窶ヲ窶

Déposé par elise2512 le 19/11/2013  
CHAT, TU ES MON AMI窶ヲ de Gilbert Dumas
Chat, tu es mon ami, mon confident muet,
Tu es la poテゥsie, tu es l窶兮rt d窶凖ェtre aimテゥ.
Tu as l窶卩妬l perテァant au fond duquel scintille,
Le dテゥsir envoテサtant d窶冰ne テゥtoile qui brille.
Cet ナ妬l est une Agathe version multicolore,
Il demande l窶僊mour, l窶兮ttend ou bien l窶冓mplore,
Tout ton corps se prテゥpare, offert テ la caresse,
Aussi tendu de joie qu窶冰ne jeune maテョtresse.
A peine que ma main ne vienne t窶册ffleurer,
Que tu danses dテゥjテ, ne sachant oテケ passer.
Tout ton テェtre me frテエle, テゥlectrique, impatient,
Recherchant le plaisir traduit en ronronnant.
Il suffit que je te touche et le miracle opティre
Tu deviens un enfant, dans les bras du pティre.
Je te prends contre moi, monte sur mon テゥpaule,
Ta douceur me convient, c窶册st parti, je te cajole.
Tes griffes sont rentrテゥes, tes pattes sont douces,
Tu rebondis sur moi, comme balle de mousse.
J窶兮rrテェterais le temps, sublime instant de paix,
Pour te garder, contre mon cナ砥r, toute l窶凖ゥternitテゥ.



Retourner en haut