Mail Privé
Carnet d'adresses
Signalez un abus
Envoyez cette page
recherchez toutes les informations sur Mickey (chat SDF)
sur le site cimetierepourchat.com  
sur le web  
  La page de Mickey (chat SDF) a été vue 5 576 fois.

En hommage à
Mickey (chat SDF)

EUROPEEN
Il est né le :--/--/----
Il nous a quittés le :07/05/2015
 



En hommage à Mickey (chat SDF)

A mickey chat SDF retrouvé mort ce matin au coin de ma rue,probablement percuté par une voiture, il venait parfois demander a manger chez moi.
Reposes en Paix Mickey






410 Fleurs




18 messages



Déposé par annie le 07/05/2018  

💛❤️💚💜💙💛❤️💚💜💙💛❤️💚💜💜💛❤️💚💜💙💛❤️💚💜💙💛❤️💚💜💙💛❤️💚💜💙💛❤️💚💜💙

Déposé par mistigri13 le 07/05/2017  

Lorsqu'ils disparaissent les chats laissent de belles empreintes de pattes à tout jamais dans nos cœurs.
C' est comme un ange. Il vient dans nos vies pour les remplir d'amour et s'en va un jour tout en continuant de veiller sur nous.


Déposé par SESHAT39 le 09/03/2017  

"La mort n’est rien !!"
Je suis simplement passé dans la pièce à côté.
Je suis moi. Tu es toi. Ce que nous étions l’un pour l’autre, nous le sommes toujours. Donne-moi le nom que tu m’as toujours donné. Parle-moi comme tu l’as toujours fait. N’emploie pas de ton différent.
Ne prends pas un air solennel ou triste. Continue à rire de ce qui nous faisait vivre ensemble. Prie. Souris. Pense à moi. Prie pour moi. Que mon nom soit toujours prononcé à la maison comme il l’a toujours été. Sans emphase d’aucune sorte et sans trace d’ombre.
La vie signifie ce qu’elle a toujours signifié. Elle reste ce qu’elle a toujours été. Le fil n’est pas coupé. Pourquoi serais-je hors de ta pensée, Simplement parce que je suis hors de ta vue ? Je t’attends. Je ne suis pas loin. Juste de l’autre côté du chemin."
♥♥♥♥♥♥♥........................


Déposé par GHETGHET le 19/10/2016  

Assis sur les genoux du temps,
Mon chat,immobile et patients,
Fait semblant d’être un sablier,
J’entends ses moustaches crisser.
Les meules, dans les champs, sont de grandes horloges
Qui tictaquent de sauterelles.
Les chaumes marquent midi
Et boivent Ă  la paille
Des giclées de soleils.
Les martinets fouettent le ciel,
Mais ça ne le fait guère
Avancer pour autant !
Les serpents, minutes lentes,
Glissent dans les roselières.
Tout près de mon étang secrets,
Poussent de grandes sarbacanes
Qui lancent vers le ciel
Des flèches de lumières
A contre-courants,
Que seul mon chat discrets comprend.
(Christian Poslaniec)


Déposé par GHETGHET le 01/10/2016  

La vie du chat contient une époque, concentre une parcelle de notre vie, elle est une sorte de mesure du temps et une mémoire, elle contient une expérience commune, un morceau de notre histoire, une parcelle de notre temps perdu. Quand le chat mourra, ce sera comme la fin d'un temps, la fin d'une période. L'extinction d'une partie de nous-mêmes avec l'extinction du chat.
Karine Miermont


Déposé par GHETGHET le 16/09/2016  

Je suis seul
Pourquoi suis-je si seul, mon chat,
Si seul lorsque tu n'es pas lĂ  ?
Tu ne fais pourtant aucun bruit.
Tu dors, fermé comme la nuit.
Tu ne tiens guère plus de place
Que mon plus gros livre de classe.
Et qui croirait que tu respires
Bercé comme un petit navire ?
Alors pourquoi, pourquoi, mon chat,
Suis-je tout autre quand je vois,
Sur mon papier blanc, le soleil
Tailler l'ombre de tes oreilles ?
( Maurice CarĂŞme )


Déposé par GHETGHET le 12/09/2016  

l'AMIS LE CHATS
celui qui te connais par ta voix , par ton pas ,
celui qui vient en passent te parler de ces chasse et de ces nuit de prince errant ,
celui qui donne sans demander ,
celui qui par sans dire adieu ,
l'amis ,
le chats
( Luce Guillaud )


Déposé par GHETGHET le 31/07/2016  

Je clame
Que la vie est indestructible Malgré la mort.
Que l’autre est un frère
Que l’espoir est un vent vif qui doit balayer le désespoir avant d’être un ennemi.
Qu’il ne faut jamais désespérer de soi-même et du monde.
Que les forces qui sont en nous,
les forces qui peuvent nous soulever, sont immenses.
Qu’il faut parler d’amour
et non les mots de la tempête et du désordre.
Que la vie commence aujourd’hui et chaque jour
et qu’elle est l’espoir.
Martin Gray


Déposé par GHETGHET le 22/07/2016  

Je me suis simplement glissé dans une autre dimension...
La mort n'est rien.
Je suis MOI et tu es TOI.
Tout ce que nous avons été l'un pour l'autre, nous le sommes toujours!
Appelle-moi par mon nom familier,
Parle-moi comme tu l'as déjà fait.
Que le ton de ta voix ne soit pas différent!
Ne prends pas un air solennel ou chagrin.
Ris, comme tu as toujours ri.
Amuse-toi des petites plaisanteries que nous aimions.
Joue, souris, pense Ă  moi et prie pour moi !
Que mon nom continue à être prononcé dans la maison,
sans ombre de tristesse.
Que la vie soit ce qu'elle a été.
Il n'y a qu'une invincible continuité.
Pourquoi serais-je hors de vos esprits parce que
je suis loin de votre regard?
Je vous attends, pour un intervalle, quelque part, très près d'ici.
Tout est bien.
Cannon Scott Holland


Déposé par GHETGHET le 15/07/2016  

Toi que j’avais besoin
D’embrasser,
De toucher, de regarder,
Toi qui t’en es allé,
Dont le souvenir
Est si vivant en moi,
Toi qui as disparu
De ma vie quotidienne,
De mes allées et venues,
Je sais que tu es lĂ ,
Je sais que ton absence
Provoque ma présence,
Non pas Ă  de vains souvenirs,
Mais à une autre façon
D’être présent à toi,
D’être aimé de toi,
Non pas comme une fleur fanée,
Mais comme une fleur
Dont, un jour, le parfum
Te retrouvera.
Père André-Marie


Déposé par GHETGHET le 01/07/2016  

Je t'aime encore si fort que ta vie est en moi.
Ton horizon est différent mais mon amour est là, vivant,
Tes souvenirs me réchauffent de toi
Ils sont comme l'ombre, preuve de lumière
Si les larmes parfois viennent arroser mon coeur
C'est que, jardin fleuri,
il embaume encore de ta présence silencieuse.
Si parfois ma souffrance veut prendre le dessus,
c'est preuve que je t'aime et que
rien ne pourra t'arracher de ma vie
Père André Marie


Déposé par GHETGHET le 26/06/2016  

Toi la présence dans l'absence
Toi la parole dans le silence
Je ne te trouve nulle part
Nulle part ailleurs... que partout
Tu es la saveur et le sens
De ce qui jamais ne finit
Dans les moments de soif intense
Tu m'as abreuvé d'infini
Mon bonheur d'ĂŞtre, ma source vive
Le beau poème de mes jours
Je te rejoins sur l'autre rive
LĂ  oĂą patiente ton amour
Je t'ai rêvé de part en part
Dans des instants de rien du tout
Je ne te trouve nulle part
Nulle part ailleurs... que partout
Tu donnes sens Ă  mon existence
Je ne peux oublier ce jour
Où frôlée d'un amour immense
Je t'ai senti lĂ  tout autour
Comme le doux murmure du vent
Fredonne une chanson de ciel
Rien ne sera plus comme avant
Je ne vis plus que d'essentiel
Mon bonheur d'ĂŞtre, ma source vive
Le baume Ă  mes peines d'avant
Tu ensoleilles ce qui m'arrive
Autour de moi et au-dedans
Je t'ai rêvé de part en part
Dans des instants de rien du tout
Je ne te trouve nulle part
Nulle part ailleurs... que partout
Longtemps c'est vrai je t'ai cherché
Sans voir que tu Ă©tais toujours
Tout près de moi à peine caché
Dans les recoins de mon amour.
Toi la présence dans l'absence
Toi la parole dans le silence
Je ne te trouve nulle part
Nulle part ailleurs... que partout.
Fabienne Marsaudon


Déposé par GHETGHET le 24/06/2016  

Tu es parti en emportant une part essentielle de moi-mĂŞme
Que vais-je faire maintenant de nos projets de nos je t'aimes
Et tu me vois,perdu,errant là,au milieu des chrysanthèmes
Tu es parti en emportant une part essentielle de moi-mĂŞme.
Il y aura toujours une lampe qui brilles
Il y aura toujours une lampe allumée
Tu es parti en emportant l'essentiels de mon existence
Que vais-je faire maintenant de ces journées sans importance
Je n'ai plus rien que seulement une présence dans l'absence
Tu es parti en emportant l'essentiels de mon existences
Tu es parti en me laissant bien plus qu'une immense blessure
Que vais-je faire maintenant de toutes mes journées si dures
Mais tu me pousses je le sens Ă  inventer ma vie future
Pour aller encore de l'avants je ferai de mon mieux,je te l'assures
de Jean-Claude GIANADDA


Déposé par elise2512 le 07/05/2016  

Lorsque deux nobles cœurs se sont vraiment aimés
Leur amour est plus fort que la mort elle-mĂŞme
Cueillons les souvenirs que nous avons semés
Et l'absence après tout n'est rien lorsque l'on s'aime...
« Guillaume Apollinaire »


Déposé par KEKER le 09/06/2015  

Le chat abandonné
Je suis le chat de ton quartier
On me dit abandonné.
Ne cherche pas Ă  m'attraper
Car mes griffes sont acérées.
Je me promène sur les toits
Qu'il fasse nuit, qu'il fasse froid.
Je n'ai pas peur de tomber
Car la Lune sait me guider.
Pour manger au restaurant
Je n'ai pas besoin d’argent
Je me sers dans les poubelles
Et ne fais jamais d’vaisselle.
Je suis le chat de ton quartier
On me dit abandonné
Ça ne me fait pas pleurer
Car mon nom est Liberté.
Paul Degray
De très douces pensées petit Mickey, ta liberté tu la garderas dans les vastes prairies du pays de l arc en ciel, mais la souffrance, tu l'abandonneras. Repose en douceur Mickey.


Déposé par elise2512 le 08/06/2015  

LA LEGENDE DU PONT DE L’ARC EN CIEL
"Il y a un pont qui connecte le ciel et la terre, on l'appelle le Pont de l'Arc-en-ciel".
Lorsque meurt un animal de compagnie, il se rend dans cette partie du paradis qui connecte le Ciel avec la Terre.
On y retrouve là-bas, prairies ondoyantes, paisibles collines et vallées luxuriantes et tous les amis à quatre pattes qui y sont réunis peuvent y courir et s'amuser ensemble.
Ils peuvent enfin y creuser tous les trous qu'ils désirent, courir dans de jolies plates-bandes, se rouler dans de généreux marais, bref toutes les interdictions terrestres n'y font plus loi.
Dans cette contrée lointaine abonde eau, nourriture et soleil, et tous nos amis y sont confortables et bien au chaud, à moins que l'on ne décide d'aller courir un peu dans les hautes montagnes coiffées de neiges éternelles.
Ceux qui étaient malades ou trop vieux ont recouvré ici santé et vigueur; ceux qui étaient blessés ou infirmes sont devenus sains et forts, ceux qui étaient abandonnés, négligés ou maltraités ont enfin trouvé chaleur et réconfort.
Les animaux sont heureux et en paix, mais pour un grand nombre d'entre eux, il manque quelque chose de précieux à leur cœur.
Ils ont perdu quelqu'un de très spécial qu'ils aimeraient tellement avoir de nouveau à leurs côtés.
Des jours de bonheur se coulent donc doucement dans d'interminables jeux et courses folles à l'intérieur de cette grande meute pacifique.
Mais un jour, arrivera le temps ou l'un d'eux s'arrĂŞtera soudainement, tous ses sens se tiendront aux aguets.
Ses yeux perçants miroiteront de mille feux, ses oreilles attentives se dresseront tels des miradors, son corps frénétique palpitera de toutes parts.
L'élu commencera à courir hors du groupe, volant au-dessus des verts pâturages, traversant les larges rivières, ses pattes le portant de plus en plus vite, de plus en plus haut.
Ça y est, vous le voyez courir vers vous dans ce point de lumière au bout du tunnel... en toute fidélité votre animal vous a repéré entre tous et il est venu à cette ultime rencontre.
Vous souriez !
Enfin, vous vous retrouvez ensemble, ses joyeux bisous d'antan pleuvant de partout sur votre visage, vos mains pouvant à nouveau caresser son cou, son flanc, sa tête, vous pouvez enfin plonger votre regard dans les yeux confiants et aimants de votre animal chéri.
Plus rien ne pourra dorénavant vous séparer, vous serez à jamais réunis.
Ainsi vous traverserez ensemble le Pont de l'Arc-en-ciel..."


Déposé par biscuit le 08/06/2015  

Un rĂŞve parmi les Ă©toiles
Avec une douce mélodie
Dans le noir je me fonds,
Ne regardant que les Ă©toiles
Qui brillent, dans le noir total.
J'ouvre la fenĂŞtre,
Le vent me caresse la peau
Il fait frissonner mon dos.
Je regarde vers le ciel
Devant ce paysage étoilé,
Une larme ne peu s'empĂŞcher
De glisser le long de ma joue,
Elle coule jusqu'Ă  toucher mon cou.
Parmi les Ă©toiles, je te vois,
Tu me regardes comme la première fois,
Tu me fais signe de sécher mes yeux...
A présent je sais que la haut tu es heureux...


Déposé par KEKER le 07/06/2015  

Le Chat Noir de la palissade
Le chat noir de la palissade
Promène son museau partout,
C'est un pirate en ambassade,
Le chat noir qui s'en vient chez nous.
Dans le jardin ou sur le toit,
En mille et une escapades,
De tous côtés, il est le roi.
Il est le tigre du Bengale
Et le prince des maraudeurs,
Sa moquerie est sans Ă©gale :
Ce chat-lĂ  est un chapardeur.
Il faut le voir, cet escogriffe,
Ce gracile animal ingrat
Qui lacère à grands coups de griffe
Les détritus de papier gras.
Il mène sa vie à sa guise,
Ne faisant que ce qui lui plaît,
Il se complaît dans des bêtises
Qui ne valent pas un couplet.
Et cependant si ce vaurien
Ne commet que des incartades
A la maison, on l'aime bien,
Le chat noir de la palissade.
Henri Monnier




Laissez un message ou une fleur,
allumez une bougie

Pour poster un message, une fleurs ou allumer une bougie, vous devez être un membre inscrit


Vous n'êtes pas connecté

Votre pseudo        Votre mot de passe       

Poster un message

Déposer une fleur
Joindre un message court avec une fleur :

0 mot | 200 Caracteres


























Poster un message ou bien Déposer une fleur


Retourner en haut